Oeno-lait-gie.

L’art de différencier un Grandlait d’un lait banal.

Le marché du lait s’est considérablement banalisé : peu d’innovations, une offre pléthorique et une montée en puissance des MDD. Les marques nationales ont de plus en plus de mal à faire valoir leurs qualités. Pour le consommateur, rien ne ressemble à un lait, qu’un autre lait : c’est bonnet blanc, blanc bonnet. Comment justifier l’écart de prix d’une marque comme GrandLait de Candia ? Nos orfèvres ont la réponse : en faisant référence à un univers qui les fascine, le vin. Nous allons parler du lait de Candia, comme on parle d’un grand vin. Résultat : des scores d’agrément record et un film élu 4e publicité préférée des français en 2009 (Derrière Nespresso, Loto et Leclerc).